Récemment encore invitée par certaines des plus importantes phalanges de la planète – l’Orchestre Philharmonique de Berlin dirigé par Sir Simon Rattle, le Philharmonic de Los Angeles sous la baguette de Gustavo Dudamel ou l’Orchestre Symphonique de la BBC avec Sakari Oramo – Sol Gabetta débuta sa saison 2019/2020 comme artiste en résidence de l’Orchestre de la Staatskapelle de Dresde, travaillant tour-à-tour sous la direction de Christian Thielemann, Tugan Sokhiev ou Daniele Gatti. L’Orchestre Symphonique de Bamberg la choisit également comme « Artiste Portrait » de sa saison, lui offrant une série de concerts mettant en lumière l’éventail de ses talents. Grande ambassadrice du répertoire rare, elle y proposera notamment le concerto pour violoncelle de Weinberg, sous la direction de Krzysztof Urbański, qu’elle interprète également avec le prestigieux orchestre du Gewandhaus de Leipzig. Elle collaborera ensuite avec le prodige Finlandais Klaus Mäkelä avant partir en tournée en Allemagne et Espagne, sous la baguette de Jakub Hrůša, dans le concerto d’Elgar qui caractérise désormais si bien sa carrière. Parmi les autres points fort de la saison à venir, citons une intensive tournée avec l’Orchestre Symphonique de la NHK et Paavo Jarvi, une tournée Allemande avec l’Orchestre Philharmonique Tchèque et Jakub Hrůša, ainsi ses retours au Philharmonia Orchestra et à l’Orchestre de Paris. Elle créera également le « Concerto en Sol », concerto pour violoncelle que Wolfgang Rihm lui dédie. Soliste très prisée des grands festivals, Sol Gabetta était la saison dernière « Artiste Etoile » du festival de Lucerne, s’y produisant alors avec l’Orchestre Philharmonique de Vienne et Franz Welser-Möst, le Mahler Chamber Orchestra avec Francois-Xavier Roth et l’Orchestre Philharmonique de Londres dirigé par Marin Alsop. Elle continue également de puiser ses sources d’inspiration dans un cercle très large de partenaires musicaux au Solsberg Festival, dont elle est la directrice artistique. La musique de chambre reste au cœur des nombreux projets de sa saison : elle partira en tournée en Italie avec Nelson Goerner, puis se produira au Semperoper de Dresde et au festival Heidelberger Frühling avec son partenaire de toujours, le pianiste Bertrand Chamayou. Récemment encore, elle jouait avec le Quatuor Hagen au Festival de Salzburg, à la Tonhalle de Zürich, à la ElbPhilharmonie de Hambourg et au Konzerthaus de Vienne. Elle est l’invitée régulière des grandes salles et festivals : Lincoln Center à New York, Wigmore Hall à Londres, festivals de Lucerne, Verbier, Schwetzingen, Rheingau, Schubertiade de Schwarzenberg et Beethovenfest de Bonn. En 2018, le festival de Pâques de Salzburg, au cours duquel elle se produit avec l’Orchestre philharmonique de Vienne et Christian Thielemann, récompense l’ensemble de sa remarquable carrière en l’honorant du Prix Herbert von Karajan. Le prestigieux ECHO Klassik award la sacre tous les deux ans entre 2007 et 2013 – plus récemment en 2016 comme Soliste de l’Année pour son interprétation du Concerto pour violoncelle No2 de Pēteris Vasks. Artiste nommée au Grammy Award, elle reçoit en 2010 le Gramophone Young Artist of the Year Award, et en 2012 le Würth-Preis des Jeunesses Musicales. Sol Gabetta continue d’alimenter une importante discographie gravée chez Sony Classical dont elle est artiste exclusive. Ses récents enregistrements comprennent un album consacré aux œuvres tardives de Schumann, et enregistrement live des concerti d’Elgar et de Martinů avec l’Orchestre Philharmonique de Berlin dirigé par Sir Simon Rattle / Krzysztof Urbański. En 2017, son duo remarqué avec Cecilia Bartoli l’emmène en tournée dans les plus grande salle d’Europe pour présenter Dolce Duello, sorti chez Decca Classics. Sol Gabetta enseigne à la l’Académie de Musique de Bâle depuis 2005. Elle joue sur un violoncelle de Matteo Gofriller (Venise, 1730) mis à disposition par l’Atelier Cels.

À (ré)écouter sur France Musique :
Portrait de Sol Gabetta dans Le van Beethoven, par Aurélie Moreau