OUVRIR UNE NOUVELLE SALLE À LA PROGRAMMATION ÉCLECTIQUE

Les jardins du château Pams seront reconvertis en Club le temps du Festival. L’idée est d’en faire le lieu de la modernité de la manifestation, un endroit convivial où échanger, boire un verre et se retrouver après les concerts du soir. Seront proposées cinq soirées animées par des personnalités éclectiques de la musique, à partir de 22h30, et constituées d’un concert de 50 min orienté jazz et/ou musique contemporaine, électro avec projections vidéo. La soif de découverte sera étanchée par la dégustation d’une boisson offerte sur présentation du billet du concert.

L’Alégria, bar-restaurant de Prades, partenaire du Club du Festival Pablo Casals.

RÉSERVEZ VOS PLACES

Vendredi 30 juillet | 22h30 | Château Pams – Parc de l’Hôtel de ville de Prades

PIAZZOLLA 2021

Louise Jallu, bandonéon | Mathias Levy, violon – guitare électrique
Grégoire Letouvet, piano – synthétiseur | Alexandre Pierrot, Contrebasse

Trop rares sont ceux qui auront su se hisser à la hauteur de ce monument statufié de son vivant, n’en restant qu’à la surface quand cette personnalité aux multiples facettes invite à une lecture autrement plus complexe. C’est cet Himalaya qu’a osé gravir Louise Jallu. Loin de sombrer dans la pâle copie, Louise Jallu ajoute ses commentaires, ouvrant notamment des espaces propres à l’improvisation, quitte à prendre le parti d’une certaine irrévérence pour faire d’autant mieux preuve de toute sa déférence envers l’Argentin. Histoire de coller à la singulière post-modernité qui habitait son œuvre. Comme un évidence.
Jacques Denis

Samedi 31 juillet | 22h30 | Château Pams – Parc de l’Hôtel de ville de Prades

DE BRASSENS À TOM JOBIM

Franck Amsallem, piano | Philippe Dufour, guitare | Gerson Saeki, contrebasse | Gérard Carocci, percussions

Philippe Dufour nous propose un voyage exotique autour de l’œuvre de Georges Bassens. « Brassens en Brésil » qu’il revisite avec audace et élégance sur des rythmes traditionnels brésiliens – Bossas novas, Marchas, Afoché – depuis plus de trente ans déjà. Il est délectable et tout à fait étonnant d’entendre à quel point ces mélodies et ces textes faisant partie depuis longtemps du patrimoine culturel collectif semblent adaptés voire se parfaire au contact de rythmes plus syncopés et d’harmonisations plus modernes sans que cela n’altère en rien la musique de Brassens.

Vendredi 6 août | 22h30 | Château Pams – Parc de l’Hôtel de ville de Prades

AURÉLIEN GIGNOUX, RÉVÉLATION INSTRUMENTALES AUX VICTOIRES DE LA MUSIQUE 2021

Aurélien Gignoux, percussions | Arthur Escriva, bugle

Attraction, comme pour signifier mon attirance inexplicable au rythme, ce besoin d’y revenir tous les jours, à chaque fois d’une manière différente. Le programme présente différents aspects de la percussion, en solo ou avec électronique, et aussi en duo avec Arthur Escriva au bugle, sur des pièces de Philipp Glass, Emmanuel Séjourné ou encore des pièces issues de musiques traditionnelles et improvisées. De la perception d’une pulsation infime au ressenti d’un groove marqué, vous êtes convié à ce voyage sensoriel autour du rythme et de tout ce qu’il engendre.

Samedi 7 août | 22h30 | Château Pams – Parc de l’Hôtel de ville de Prades

JEAN-PIERRE MAS QUARTET

Jean-Pierre Mas, piano | Eric Seva, saxophone | Gabrielle Randian Koekhlhoeffer, contrebasse | Joel Allouche, percussions

Avec le chant lyrique d’Eric Seva, la danse harmonique de Gabrielle Randian Koekhlhoeffer, la rythmique espiègle de Joel Allouche, Jean-Pierre Mas d’une exigente souplesse, à la fois tendre et tonique, conduit ce quartet vers un monde où les mots n’ont pas la parole.

Vendredi 13 août | 22h30 | Château Pams – Parc de l’Hôtel de ville de Prades

RÉMI JOUSSELME – PHILIPPE MOURATOGLOU

R. GNATTALI Suite Retratos
L. BROUWER 5 Micropiezas
E. NAZARETH Dois temas de Nazareth (arr. Tristan Manoukian)
A. PIAZZOLLA Tango Suite
Rémi Jousselme, Philippe Mouratoglou, guitares

Si c’ est une même poignée de « tubes » qui est la plupart du temps mise en avant pour présenter la guitare classique (le Concierto de Aranjuez, Asturias qui est, rappelons-le, une pièce pour piano ou encore Recuerdos de la Alhambra), l’immense richesse de son répertoire qui couvre plus de 5 siècles de musique dans les esthétiques les plus variées n’est aujourd’hui plus à démontrer. Le fait est moins connu, certains des plus grands chefs-d’œuvre du catalogue ont été écrits… pour duo de guitares ! Une formule dans laquelle, libéré de la contrainte d’assumer ensemble mélodie et accompagnement, cet instrument donne la pleine mesure des infinies gradations de nuances et de couleurs dont il est capable, ce qui est magistralement illustré par Astor Piazzolla dans sa trépidante Tango Suite, les Micro Piezas pleines de caractère de Léo Brouwer ou encore la somptueuse Suite Retratos du brésilien Radamès Gnattali.