ACTUALITÉS

ACTUS

MASTER CLASSE AVEC IVRY GITLIS ANNULÉE

En raison de l’état de santé du violoniste Ivry Gitlis, la master classe publique à laquelle devait participer le musicien israélien, jeudi 9 août à 17h, à la salle du Foirail, est annulée. Nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée. Le concert du vendredi 10 août de 21h en l’Abbaye Saint Michel de Cuxa est bien évidemment maintenue, hélas sans la présence d’Ivry Gitlis vers qui le Festival dirigera toutes ses pensées et ses vœux de prompt rétablissement.

TROBADA SOUS LE SIGNE DE CASALS

Manifestation littéraire et musicale unique en son genre, puisqu’elle met en relief Livre et Musique des deux versants de la Catalogne, la « Trobada Littéraire et musicale des deux Catalognes » se tiendra le vendredi 3 août à partir de 18 heures sur la place de la République, face à l’église qui a vu le premier Festival Pablo Casals. C’est pourquoi cette année, pour cette sixième « Trobada », placée sous le signe du Maître Casals – qui se tient à la même période – la « Trobada » mettra l’accent, sur l’histoire du Festival en compagnie de Marie Costa, de son directeur actuel, Michel Lethiec mais aussi de Michel Peus qui l’avait dirigé et de Hubert Auque musicologue. Table ronde accompagnée musicalement par une prestation musicale de l’Académie Pablo Casals.
Deux moments musicaux viendront accompagner cette table ronde :
En introduction – Une interprération du « Cant dels Ocells » par Muriel Perpigna (version jazzée)
Et en conclusion un moment musical en compagnie d’un élève de l’Académie choisi par Michel Lethiec.
A noter que la Trobada sera, comme tous les ans accompagné d’une exposition:photographique.
Cette année c’est la photographe Dolors Gibert qui nous proposera « Miscel.lania/Mélanges » une expo qui après avoir parcouru la Catalogne du Sud sera présentée tout le mois d’août à la Médiathèque de Prades

LE FESTIVAL DANS L’AGENDA DE L’ÉTÉ DE FRANCE MUSIQUE

Christophe Dilys consacra un bel entretien au Directeur artistique Michel Lethiec dans l’Agenda de l’été. Emission à retrouver en cliquant sur ce lien.

Christophe Dilys : Bonjour Michel Lethiec.

Michel Lethiec : Oui bonjour.

Christophe Dilys : Alors vous êtes le directeur artistique du Festival Pablo Casals de Prades qui existe depuis 1950 et tous les ans c’est du 26 juillet au 13 août. Alors comme présentation du festival, un extrait de répétition avec Pablo Casals en chef d’orchestre, ça vous plait ?

Michel Lethiec : C’est génial, merci d’avoir fait ça ! C’est super, parce que il parlait tellement de l’instinct vous voyez, quand il donnait des cours, et là c’est extrêmement représentatif, bravo c’est très bien !

Christophe Dilys : Alors justement vous parliez là de l’interprétation. Parlons déjà de l’académie de Pablo Casals, est ce que vous avez de grands noms à citer d’anciens élèves sortis de l’académie du festival ?

Michel Lethiec : Oh… Il y en a plein là, vous aurez des problèmes avec la régie. Mais un des plus célèbres, par exemple dans les violoncellistes, prenons un violoncelliste tout de suite, dans les jeunes par exemple c’est François Salque vous voyez, qui est venu pratiquement à 11 ans et demi ou 12 ans et qui maintenant est sur scène avec nous, qui est un des plus grands violoncellistes de ce pays et internationalement. Il y en a énormément le nombre de gens qui sont passés là qui sont soliste ou grand orchestre et qui font des grandes carrières, c’est incroyable. Et cette année ça continue, on en a 2-3 du Curtis Institute par exemple, avec qui on a une collaboration, c’est un niveau… mais au-delà du niveau si vous voulez, c’est l’esprit, comme vous le sentez à travers la répétition de Casals, qui je pense est toujours là. C’est-à-dire qu’on reste pendant 3 semaines ensemble, les professeurs, les solistes, les étudiants. C’est une espèce de bain de musique et où on est là tous ensemble. Ça c’est vraiment Casals qui a créé ça en 50 et on fait tout pour que ça reste comme ça bien évidemment.

Christophe Dilys : Mais alors cette question d’unité, j’ai l’impression que le festival peut un peu fonctionner comme un orchestre, vous êtes souvent invité à l’extérieur.

Michel Lethiec : Oui, pas vraiment comme un orchestre. Ça Casals.. bon c’était autre chose à l’époque, tous les américains sont arrivés en 50, les plus grands voulaient venir jouer avec lui. C’était pratiquement le seul festival qui existait comme ça en France de musique de chambre, avec quelques concerts d’orchestre. Maintenant on est seulement pratiquement sur la musique de chambre. Donc on forme des groupes et effectivement on est invité très souvent ailleurs. Bon, pour la qualité des concerts j’espère ! Mais aussi parce que cette image des concerts de musique de chambre est vraiment née à Prades.

Christophe Dilys : Alors je laisse évidemment les auditeurs regarder toute la programmation, c’est assez immense. Mais par contre le concert de ce soir qui est assez particulier, c’est Beethoven et astrophysique ?

Michel Lethiec : Exactement, voilà. Parce que chaque année on donne évidemment une thématique au festival, et chaque concert à un titre. C’est une espèce de fil rouge que j’essaye de défiler un peu pour le public, si même c’est pas toujours expliqué en détail je crois que ça donne un chemin quand même, parce que chaque année faut trouver une thématique différente, donc il faut mettre de la fantaisie. Et alors cette année le thème c’est autour de la paix et l’archet de la paix, parce que Casals comme vous le savez il a titillé les plus grands de ce monde au bout de son archet pour la paix dans le monde, contre la bombe atomique, pour les catalans, contre le franquisme etc, bien sûr. Et j’ai invité un de mes amis, c’est Hubert Reeves, qui évidemment est un homme de paix quelque part incroyable aussi pas avec la musique, encore que, il ne peut pas écrire une ligne sans écouter de la musique. Mais avec lui on parle souvent, lors de soirées, plus ou moins arrosés, d’univers et ça dépasse de loin un phénomène de paix sur un pays, mais ça rejoint une universelle. Et Hubert fait souvent le rapprochement entre la musique qui peut amener la paix, entre l’univers qui est fait de petites particules comme des notes, où tout est construit, donc ça me plaisait beaucoup de l’inviter pour ouvrir le festival ce soir entre Beethoven et Schubert effectivement.

Christophe Dilvys : Donc Beethoven / Schubert. Et là Mendelssohn, vous avez choisi de nous faire entendre le Trio en Ré Mineur Opus 49 de Mendelssohn, avec Pablo Casals au violoncelle, Jacques Thibaut au violon et Alfred Cortot. Est-ce que vous pouvez nous dire un petit peu ce que nous allons entendre ?

Michel Lethiec : Oui c’est ça, alors là je l’ai choisi, merci de l’avoir mis, pour deux raisons. D’abord ce trio effectivement c’était le trio mythique en 1905, on a créé ce trio avec 3 personnalités, des très grandes personnalités musicales, mais de très grandes personnalités disons au niveau personnel différentes. Vous savez l’itinéraire de Cortot malheureusement, bon.. Thibaut qui était le soliste français par excellence un peu brillant comme ça, mais qui lui ne s’impliquait pas tellement dans la vie disons.. pas politique, mais sociale comme l’a fait Casals et d’une telle manière. Et puis aussi ce trio a été joué en 1961, pas par les mêmes interprètes hein.. a été joué devant Kennedy, puisque Casals, quand il s’est remis à jouer, il allait jouer dans les grandes capitales devant les plus grands pour justement les motiver jusqu’au moment où il a eu la médaille de la paix d’ailleurs aux Nation-Unies. C’est pour ça que j’ai choisi ce trio, qui a été beaucoup joué à Prades aussi, ça fait partie du répertoire mythique du festival.

 Christophe Dilys : Et bien merci beaucoup Michel Lethiec, on en écoute le Scherzo.

 A 22’ 23’’ secondes Fin de l’extrait

LE FESTIVAL DANS LA MATINALE DE CLÉMENT ROCHEFORT

Sur les ondes de France Musique, Clément Rochefort dans son émission « Réveil Classique » a mis en lumière la soixante sixième édition du Festival Pablo Casals. Cliquez ici pour écouter la Matinale de France Musique.

De 14’39 à 19’55’

Clément Rochefort : Petit pas de côté, si vous le voulez bien, mais pas trop loin d’ici non plus. A l’autre bout de l’Occitanie, on va aller dans les Pyrénées-Orientales, direction Prades où le vénérable Festival de Prades va entamer sa 66ème édition, la 50ème sans son fondateur le violoncelliste Pao Casals. Un festival placé sous la houlette du clarinettiste Michel Lethiec qui a voulu cette édition 2018 comme une édition pour la paix, fidèle au souhait de Casals finalement dont dans le festival fera entendre des musiques écrites par des compositeurs qui partagent le même engagement que celui du fondateur comme Bartók ou Theodorakis par exemple. Alors comme chaque année les concerts auront lieu dans toute la région et notamment dans la superbe Abbaye Saint-Michel de Cuxa. En tous ce sont près de cinquante manifestations qui seront égrenées du 26 juillet au 13 août, avec entre autres la soprano Armelle Khourdoïan, Bruno Pasquier à l’alto, la flûte de Patrick Gallois, le pianiste Itamar Golan, il y aura aussi l’organiste Olivier Vernet, le Quatuor Talich et bien sûr la clarinette de Michel Lethiec lui-même sans oublier les jeunes musiciens de l’Académie de Prades qui viennent travailler chaque année avec leurs aînés au Festival. Le Festival de Prades ça commence donc le 26 juillet prochain avec une conférence-concert intitulée « La planète en paix », conférence qui sera présentée par l’astro-physicien Hubert Reeves, vaste programme.

16’03’’ – 19’26’’

Extrait musical : La petite dans suédoise, extraite de l’Octuor pour flûte, hautbois, deux clarinettes, deux bassons et deux cors de Théodore Gouvy

Clément Rochefort :  La petite danse suédoise, Mignonette, extraite de l’Octuor pour flûte, hautbois, deux clarinettes, deux bassons et deux cors de Théodore Gouvy et c’étaient les solistes de Prades qu’on entendait là, sous la direction de Michel Lethiec, directeur artistique donc du festival de Prades, où je vous encourage à vous rendre à partir du 26 juillet. En plus c’est une région absolument magnifique, il y a le Mont Canigou qui est juste à côté, vous pouvez y faire quelques randonnées aussi. C’est vraiment un festival à recommander cet été sur France Musique !

LE FESTIVAL RACONTÉ PAR ROSELYNE BACHELOT

Dans sa chronique, Roselyne Bachelot présentait fidèlement le Festival Pablo Casals sur les ondes de France Musique au micro de la Matinale de Saskia de Ville. Suivez le lien en cliquant ici…

LES CINÉ-RENCONTRES DE PRADES

Une semaine avant le Festival de Musique, se tiennent les Ciné-Rencontres de Prades. Jadis les Rencontres Cinématographiques de Prades, le Festival de cinéma français le plus ancien par sa longévité après celui de Cannes, crée en 1959, sous la présidence d’honneur de René Clair et Pablo Casals, est devenu aujourd’hui Les Ciné-Rencontres de Prades. Nous sommes heureux de vous en présenter le programme en cliquant sur ce lien.

DEMANDEZ LE PROGRAMME 2018

Demandez le programme de l’édition 2018 « Un archet pour la Paix ».

Pour cela, veuillez renseigner ci-dessous votre nom et adresse mail et inscrire le mot « Programme » dans le cadre réservé aux Commentaires, suivi (n’oubliez pas cette étape) de votre adresse postale. Vous recevrez ainsi chez vous la brochure programme, nouveau format 32 pages, à votre domicile, sans aucun frais de votre part.

SOIRÉE CENTENAIRE TCHÉCOSLOVAQUIE 1918-2018

Pour célébrer le centenaire de la création de l’État Tchécoslovaque, l’Ambassade de la République tchèque propose une soirée musicale tissant le lien entre origine et innovation. Le compositeur tchèque Kryštof MAŘATKA offre, à l’occasion de la sortie de son nouveau disque chez ARION MUSIC, la création mondiale de son œuvre Báchorky – fables pastorales, étonnante combinaison de huit instruments populaires tchèques et moraves avec la clarinette, l’alto et le piano. Une mise en valeur des couleurs naturelles uniques du cor de chamois, de la flûte nasale, de la trompe pastorale, de la flûte en os, de la flûte harmonique… Nourri par sa fascination pour les musiques traditionnelles et la question des origines, Kryštof MAŘATKA ne cesse d’explorer de nouvelles voies d’expression musicale.
Le programme de la soirée offre également un arrangement insolite de Kryštof Mařatka du fameux Trio Dumky opus 90 d’Antonín DVOŘÁK pour alto, clarinette et piano. Œuvre symbolique de l’attachement du grand maître tchèque à son pays, c’est la pièce qu’il joua lors de sa tournée d’adieu avant de partir pour les États-Unis diriger le Conservatoire National de Musique de New-York.

Sous le haut patronage de Son Excellence Monsieur Petr Drulák, Ambassadeur de la République tchèque en France, avec Michel LETHIEC, clarinette / Karine LETHIEC, alto / Kryštof MAŘATKA, piano et instruments traditionnels tchèques

Renseignements en cliquant sur www.krystofmaratka.com

BILLETTERIE OUVERTE POUR LA JOURNÉE A SAINT GUILHEM LE DESERT

Vous pouvez désormais réserver vos places pour les concerts du Festival Pablo Casals à Saint Guilhem le Désert, au Centre Culturel Saint Laurent ainsi que pour le concert du soir en l’Abbaye De Gellone, via la billetterie sur notre site.

MARDI 31 JUILLET

11 h – Centre Culturel Saint Laurent | Saint Guilhem le Désert

« PABLO CASALS, UNE BATAILLE POUR LA PAIX »

Conférence animée par Michel Lethiec, Directeur Artistique du Festival Pablo Casals

Entrée libre

16 h – Centre Culturel Saint Laurent | Saint Guilhem le Désert

« SINFONIETTA »

 Concert qui ne peut être inclus dans les formules PASS. 

Sinfonietta Quintette

21 h – Abbaye de Gellone | Saint Guilhem le Désert

« SINFONIETTA CRACOVIA »

D. CHOSTAKOVITCH  Symphonie n° 10 en mi mineur op. 93
Adagio et Polka de Lady Macbeth de Mzensk
Valse de la suite de jazz n° 2 du film « Eyes wide shut » de S. Kubrick
W. LUTOSLAWSKI Five folks songs
J. PETERSBURSKI « Last Sunday »
« Tango Polonais »
A. PIAZZOLLA   Quatre saisons (Maciej Lulek maître de concert)
Bésame mucho
Liber Tango
P. CASALS Le Chant des Oiseaux
W. KILAR Orawa

Orchestre Sinfonietta Cracovia | Jurek Dybal, direction 

Concert qui ne peut être inclus dans les formules PASS. 

Sinfonietta Cracovia

DÉCOUVREZ LE PROGRAMME 2018 !

Les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets. En 1945, Pablo Casals sensibilise l’opinion et les dirigeants publics qu’une menace existe toujours en Espagne, bien que la paix soit revenue en Europe après la chute du régime Nazi. Après s’être emmuré dans un silence parfait contestataire, Casals crée le Festival Bach en 1950, un événement médiatique et idéologique, en lui donnant des gages que beaucoup devinaient : d’ouverture, de tolérance, de rassemblement et de paix. Tout est dit. Le Maître en choisit le modèle : Bach. Pablo Casals met son archet dans un engrenage au nom de la Paix, de l’humanité, de la modernité et de la tolérance, entouré de ses amis musiciens à qu’il sommera de ne jamais faire de concessions aux idées de l’obscurantisme. En dessinant un programme autour de ce thème fédérateur, Michel Lethiec, Directeur Artistique du Festival, en premier de cordée, suivi par une cinquantaine de musiciens, de conférenciers tels que Hubert Reeves, Frédéric Lodéon ou encore Ivry Gitlis, dotent à l’édition 2018 son âme de 1950 et l’aura de son bienfaiteur.

Retrouvez l’intégralité du programme  2018 en cliquant sur l’image ci-dessous :